Epinay-sous-Sénart (91)

Pôle de services Publics

EQUIPE

Maîtrise d’ouvrage
Ville d’Epinay-sous-Sénart
Maîtrise d’oeuvre
SIX Architectes
FiLIGRANE – Programmiste
SISBA – BET Structure
BIMTEC – BET fluide
EUREXO – Économiste

PROGRAMME

Réalisation d’un pôle de services publics

DETAILS

Surface de plancher
1720 m²
Coût des travaux
2.5 M€

Vers une plus grande lisibilité

Redonner une échelle de lecture, recomposer, redonner une lisibilité à un espace en mutation, notre démarche vise sortir des volumétries enchevêtrées et reconfigurer cet urbanisme de dalle afin de permettre une meilleure identification des espaces extérieurs et des fonctions attenantes. Recréer un lien entre les pieds des bâtiments actuels et la rue, effacer la perception de la dalle pour ré-offrir une compréhension du site de ses modes de fonctionnement et de ses flux.

Pour cela la simplification des accès, au moyen d’un alignement franc et volontaire aussi bien au niveau rue qu’au niveau haut sur dalle – future façade principale de la place, recomposera la lecture de l’ensemble.

Vers une continuité et une identité

Un matériau continu, qualitatif et pérenne devra s’enrouler tout autour du site et conférera l’identité du cœur de ville joignant l’extrémité du futur pôle commercial jusqu’à la médiathèque. Nous imaginons ce matériau remonter sur les façades pignons des collectifs quand ces dernières « touchent » le niveau rue. La création de ce véritable «socle», reprendra et coordonnera les accès et usages a ce jour déconnectés entre rue et dalle.

Sur la rue Anatole France, le auvent est supprimé, la façade complètement redessinée et simplifiée permettent enfin d’identifier clairement les entrées des logements collectifs et les équipements publics.

Vers moins de béton

Le « fer à cheval » du futur pôle commercial donnant sur la rue Victor Hugo générera une importante surface de  toiture, véritable 5e façade visible depuis les logements avoisinants. Nous proposons de créer des jardins de cueillette, de l’agriculture urbaine sur la toiture, qui seront  gérés par l’épicerie sociale. Ces jardins permettront d’apporter  une «touche» supplémentaire de verdure dans cet univers de béton.

Vers une meilleure perception de l’entrée de ville

Le projet Cœur de ville consiste également en la requalification de l’entrée de ville depuis la D94 au travers de la reconfiguration du parking de la place du marché ; la plantation importante d’essences d’arbres en rappel et en relation avec les verges de l’Yerres et l’aménagement d’une place centrale et l’implantation d’une médiathèque.

L’Amorce urbaine

La médiathèque étant un témoin de la diversité et de la modernité des médias,  se doit d’être visible et reconnaissable de tous. Redonner l’accès à la culture et les médias est primordial. Le visiteur sera invité à profiter des activités et de les prolonger dans les espaces extérieurs aménagés.

Le parvis de la médiathèque, partiellement couvert pourra offrir une terrasse, un café, des expositions, des animations en plein air. Il s’agira de laisser s’exprimer et de profiter du potentiel multiculturel de la ville.

Le belvédère

Un belvédère assure le trait d’union entre le futur parvis végétalisé et la place du marché. Véritable faille dans le socle nouvellement crée il achève d’effacer la perception de la dalle et marque de manière lisible l’entrée de la médiathèque, l’accès au niveau haut du futur parvis et la connexion avec le bâtiment de l’église.La médiathèque deviendra lieux de passage et d’amusement des Spinoliens.

La médiathèque

L’implantation de la médiathèque offre une opportunité unique de redonner recréer cette couture entre rue et dalle, de proposer une entrée généreuse et lisible sur la dalle.

Second point d ‘accès principal à la dalle, elle justifie un flux piéton nécessaire au bon fonctionnement des nouveaux équipements et a la sécurisation des lieux.

Elle articule le retournement du soubassement de la rue Anatole France et crée cette épaisseur de socle garant de la réussite du projet. Cet accès offre également une chance de requalifier et remettre en valeur le bâtiment de l’église. de laisser s’exprimer et de profiter du potentiel multiculturel de la ville.